La fédération française de cardiologie prend le partie de la e-cigarette

Publié le : 18/05/2016
Categorie : Infos

La fédération française de cardiologie prend le partie de la e-cigarette

La fédération française de cardiologie a édité une fiche conseil sur la cigarette électronique où elle réaffirme que la vapeur produite par celle-ci est "infiniment moins toxique que la fumée de cigarette même si elle peut contenir des substances toxiques (formaldéhyde,acétaldéhyde, acroléine, toluène, nitrosamines), leurs concentrations sont de 9 à 450 fois moins élevées que dans la fumée de cigarette classique. Une présence significative de ces substances ne survient que lorsque la solution est exagérément chauffée."

Donc attention aux réglages de vos cigarettes électroniques lorsque vous vapoter.

3 millions de personnes vapotent en France, dont 1,2 à 1,5 million  quotidiennement et parmi eux beaucoup d'anciens fumeurs. Pour la fédération française de cardiologie, la cigarette électronique pourrait être une alternative pour les patients atteints de pathologie cardiaque qui avait l'habitude de fumer et qui sont souvent obliger de se sevrer brutalement.

Le Pr Daniel Thomas, Cardiologue, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière et Président d’honneur de la Fédération Française de Cardiologie Ressources a émis l'avis suivant:

« La e-cigarette, expérimentée par un grand nombre de fumeurs, a pu amener certains d’entre eux au sevrage de la cigarette. Elle est infiniment moins nocive que la cigarette (pas de monoxyde de carbone, ni cancérogènes en quantité significative). Cependant, on constate que beaucoup de vapoteurs gardent un double usage (e-cigarette associée à quelques cigarettes). Il est essentiel qu’elle soit utilisée « exclusivement » avec suppression totale de toute cigarette fumée, car le maintien de quelques cigarettes représente un risque résiduel important tant de cancer que d’accident cardiovasculaire.

L’e-cigarette doit être exclusivement réservée aux fumeurs et formellement déconseillée aux non-fumeurs de même qu’aux ex-fumeurs qui seraient tentés de tester ce produit. Elle est interdite de vente aux mineurs et ne doit pas être utilisée chez une femme enceinte. Nous manquons encore de données scientifiques approfondies pour pouvoir conseiller l’e-cigarette en première intention au fumeur qui souhaite arrêter son tabagisme. Il lui est logiquement proposé d’utiliser les moyens qui ont fait la preuve scientifique de leur efficacité (substituts nicotiniques pharmaceutiques et autres médicaments d’aide au sevrage et techniques comportementales). S’il a par contre déjà adopté la e-cigarette et abandonné toute cigarette fumée, il doit poursuivre et il n’y a pas de raison de lui conseiller d’y renoncer, car il a assurément alors beaucoup moins de risque que s’il poursuivait son tabagisme.

Le Haut Conseil à la Santé Publique recommande de renforcer les études d’observation et épidémiologiques sur la e-cigarette. Il préconise également de poursuivre les efforts de labellisation et de marquage pour permettre aux consommateurs d’avoir un maximum d’information et d’assurer leur sécurité. »

Articles en relation

Partager ce contenu