le blog smok-it

Les smok-news

Profitez de l'expérience Smok-It pour en apprendre plus sur la cigarette électronique ! L'actualité du monde de la vape, des e-liquides et même du CBD. Venez découvrir nos guides DIY, nos tuto sur les résistances, les boosters de nicotine, et pleins d'autres encore.

L'actualité et les réponses au même endroit !

Cigarette vs Iqos vs Vape ? Quel est le moins dangereux ?

Cigarette vs Iqos vs Vape ? Quel est le moins dangereux ?

26/01/2023


Après avoir étudié la réduction des risques offerte par la cigarette électronique en 2015, trois ans plus tard, le ministère britannique de la Santé a entrepris une étude sur les produits du tabac chauffé. Après avoir consulté toute la littérature scientifique disponible sur ce sujet à l’époque, il a constaté que les résultats des différents travaux devaient être traités avec prudence, en particulier parce que seulement 20 des 843 études identifiées avaient suivi le processus de validation scientifique par les pairs. De plus, sur ces 20 études, 12 avaient été financées par l’industrie du tabac elle-même.

Il y a quelques jours, une nouvelle étude a été réalisée sur le sujet. Menée par l’Institut français du cancer (INCa) et l’Institut français de recherche en santé publique (IResP), elle visait à comparer la composition chimique et les effets toxicologiques des produits du tabac chauffé, de la vapeur de cigarette électronique et de la fumée des cigarettes traditionnelles.

La méthodologie de leur enquête :

Les matériaux utilisés pour l’expérience sont les suivants:

  • IQOS, comme un produit du tabac chauffé. Dans les graphiques suivants, il est désigné par l’acronyme http (Heated Tobacco Product), pour les produits du tabac chauffés.
  • Un modèle commun de cigarette électronique équipé d’une résistance de 2,6 ohms utilisée à une puissance de 4,6 W, et d’une boîte fonctionnant avec une résistance de 0,5 ohms à 18W et 30W, les puissances recommandées par le fabricant selon les résistances utilisées.
  • Une cigarette classique retrouvable en tabac.

Pour réaliser l’expérience, le même fumoir (Vitrocell® VC1) a été utilisé pour les différents types de produits. Le profil a été réglé sur « intense », ce qui correspond à une bouffée de 55 ml qui dure 2 secondes toutes les 30 secondes. Ce profil permet de fumer complètement une cigarette en 10 bouffées et de finir un stick IQOS en 12 inhalations. Les vapoteurs réguliers ont également participé à l’étude afin de vapoter dans les mêmes conditions que la machine à fumer et ont confirmé l’« absence de coups secs et de production de vapeur suffisante ».

Chaque échantillon a été répété 4 fois. Des mesures sans échantillon ont également été effectuées comme recommandé par le protocole pour ce type d’étude.

La recherche s’est concentrée sur l’identification et la quantification des composés carbonylés et des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Ces deux groupes de molécules font partie des principaux composés libérés lors de la combustion du tabac et contribuent « significativement » aux effets cancérogènes de la fumée de tabac, comme le soulignent les auteurs.

 

Comme l’affirment les auteurs de l’étude, « quinze composés ont été quantifiés à des concentrations de 2 à 15 fois plus élevées dans la fumée de cigarette que dans les aérosols HTP ». L’hexanal était le seul composé mesuré à un niveau plus élevé d’émissions de HTP (22,1 ng/bouffée) que dans la fumée de tabac 3R4F (10,4 ng/bouffée), et le benzaldéhyde était produit en quantités presque équivalentes par le HTP et la cigarette.

Cependant, les chercheurs ont également noté que tous les composés carbonylés étaient mesurés en quantités beaucoup plus faibles dans les vapeurs des diverses conditions d’essai de la cigarette électronique que dans les produits du tabac, à l’exception du m-tolualdehyde et du 2,5-diméthylaldéhyde, qui n’a été détecté que dans les aérosols de l’appareil Modbox, à faible et haute puissance.

Concernant ces composés, les scientifiques notent qu’une bouffée d’IQOS (35 μg/bouffée) produit 84,7 % moins de composés carbonyliques quune bouffée de fumée de cigarette (230 μg/bouffée). Ces résultats corroborent ceux d’études antérieures, dont certaines ont été réalisées par le fabricant d’IQOS, le fabricant de cigarettes Philip Morris International (PMI). Néanmoins, les scientifiques font remarquer que « plusieurs carbonyles nocifs ont encore été mesurés dans l’aérosol de HTP, comme l’acétaldéhyde et le formaldéhyde, qui sont des composés cancérogènes ».

Le vapotage a produit au moins 98,5 % moins de ces composés que l’IQOS. Pour les chercheurs, leur production est le résultat de la dégradation thermique du glycérol et du propylène glycol contenus dans les e-liquides. Cependant, ces composés étaient « plusieurs fois moins » présents que dans les émissions de IQOS ou de cigarettes de tabac.

 

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion suivante :

 

« Dans l’ensemble, nos données démontrent donc qu’à des températures de vaporisation normales, les niveaux de carbonyle dans les émissions des cigarettes électroniques ne représentent qu’une petite fraction des niveaux inhalés par les utilisateurs de produits du tabac. »

Comme pour les composés carbonyliques, les chercheurs ont noté que les concentrations de 21 composés étaient « significativement plus faibles » dans les émissions d’IQOS que dans la fumée de cigarette, entre 2 et 276 fois plus faibles, et étaient également « encore plus faibles » dans les aérosols des cigarettes électroniques.

Pour dire les choses simplement, IQOS a émis 96,2 % moins de HAP que les cigarettes de tabac, et le vapotage entre 64,9 et 78,2 % moins que IQOS.

Pour les chercheurs, ces résultats concernant le vapotage sont expliqués, en particulier, parce que ces liquides électroniques sont « exempts d’ingrédients du tabac qui contiennent les précurseurs des HAP ».

Dans leurs conclusions, les chercheurs notent que dans le cadre des efforts visant à réduire les dommages causés par le tabac, dans lequel les fumeurs devraient idéalement être en mesure de choisir librement entre une variété de solutions de rechange au tabagisme, les nouveaux produits du tabac (comme le HTP) et la cigarette électronique semblait avoir le potentiel d’une nouvelle offre prometteuse.

 

Cependant, ils affirment qu’il est « fondamental » pour les fumeurs de connaître et de comparer les risques pour la santé de ces diverses options émergentes afin de déterminer quel produit choisir pour arrêter de fumer.

Ils affirment que le produit du tabac chauffé étudié « libère un peu moins de nicotine et des quantités beaucoup plus faibles de composés carbonyliques et de HAP que les cigarettes de tabac ».

Toutefois, ils font également remarquer que « les émissions de HTP contiennent toujours des composés cancérogènes (p. ex., formaldéhyde, acétaldéhyde et benzo[a]pyrène) et que les quantités de carbonyles et de HAP sont beaucoup plus élevées que dans les vapeurs de cigarettes électroniques ».

 

Par conséquent, bien que l’aérosol IQOS présente une « cytotoxicité réduite » par rapport à la fumée de cigarette, il demeure « plus élevé » que dans le vapotage.

2 commentaires

Derek Maxwell Willis

24/06/2023 18:22:50

Good information thanks


Coolfreak

20/05/2023 04:35:37

That is true vaping has no freaking smoke, no freaking burn smell, and yet there is unreasonable country banned this vape and goes for heated cigg


Ajouter un commentaire